Contours de l’originalité d’un logiciel : critère qui conditionne sa protection par le droit d’auteur

La protection des droits d’auteur d’un logiciel est subordonnée à la preuve de l’originalité des composantes de ce logiciel.

Estimant que le logiciel commercialisé par la société défenderesse reproduisait celui conçu et développé par les parties demanderesse, ces dernières l’assignent en contrefaçon de leurs droits d’auteur.

Cependant, l’appel se voit opposé l’irrecevabilité de l’action au motif que les parties ne rapportaient pas la preuve de l’originalité du logiciel comme requit par les articles L. 112-1 et L. 112-2 (13°) du Code de la propriété intellectuelle et la directive (CE) n° 91/ 250 du 14 mai 1991 en son article 1er, paragraphe 3.

Dans un arrêt du 14 novembre 2013, la Cour de Cassation rejette le pourvoi.
Elle estime qu’en ayant relevé que le rapport d’expertise se bornait à comparer les fonctionnalités du logiciel sans fournir aucun élément de nature à justifier de l’originalité des composantes du logiciel, telles que les lignes de programmation, les codes ou l’organigramme, ou du matériel de conception préparatoire, la cour d’appel justifiait légalement sa décision par ce seul moyen sans inverser la charge de la preuve.

http://www/lemondedudroit.fr

Directive 91/250/CEE du Conseil, du 14 mai 1991, concernant la protection juridique des programmes d’ordinateur

Arrêt de la Cour de cassation, première chambre civile, du 14 novembre 2013

Christelle HUYGHUES-BEAUFOND

Vice-présidente de l’association du Master 2 Droit des nouvelles technologies et société de l’information – promotion 2014.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.