Deux nouvelles mesures techniques de lutte contre le piratage.

Deux mesures indépendantes viennent constituter un nouvel arsenal anti-pirates. La première, mise au point la société Sarnoff Corporation permet de tracer sur tout le web un film piraté. Il s’agit d’inclure via un procédé de watermarking (impression en filigrane) une image ou une séquence d’images unique qui permettra de savoir où et quand un film a été diffusé en salle. Par la suite, ce signe distinctif reste même sur les versions Div-X et permet donc de localiser le lieu et le moment de la “fuite”.

Une méthode mise en place par la Motion Picture Association of America (MPAA) semble complémentaire. Il est question de scanner tous les disques durs accessibles et de supprimer l’ensemble des fichiers piratés présents sur les disques durs.
Même s’il n’est pas réellement permis de douter techniquement de l’efficacité de ce genre de procédés, il n’en va pas de même éthiquement et juridiquement. L’intrusion sur un ordinateur personnel reste une infraction. Le fait de rechercher et détruire des données piratées ne fait pas disparaître l’infraction. Sinon, le fait d’acheter des palces de concert et des CDs devrait pouvoir légitimer le téléchargement de musique sur Internet.
Finalement, se pose la question de la distinction faîte par le logiciel entre les MP3 achetés légalement, les MP3 piratés et ceux faits par vos soins. Si les deux premiers peuvent être distingués par la présence et le contenu d’éventuels DRMn les derniers risquent de disparaître…É

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.