Google, dans le viseur des agences européennes de protection des données personnelles

Google sollicite des interrogations de la part des agences de protection des données personnelles et plus particulièrement du groupe de l’article 29, organisme européen indépendant composé des autorités nationales des différents pays comme la Cnil pour la France et chargé de la protection des données et leur libre circulation
En effet, en dehors du fait déjà important que dès sa connexion au site Google, un serveur nous envoie un cookie qui expire en 2038, cette société a développé de nouveau service qui enregistre sur ses serveurs des données personnelles. Par l’historique des recherches, le titulaire d’un compte Google peut accéder à l’ensemble des recherches qu’il a effectués. On a une conservation des mots clés tapés dans le service de Google. Ces mots clés sont associés à l’adresse IP de l’internaute et à la date et heure de la saisie. Le type de navigateur utilisé peut également être enregistré. Google est aujourd’hui le premier moteur de recherche utilisé au monde et plus particulièrement aux Etats Unis. Mais la firme crée en 1998 par Serguei Brin et Larry Page, deux étudiants de l’université de Stanford a évolué. Aujourd’hui, Google offre de nouvelles fonctionnalités aux internautes.
A coté de son webmail (Gmail*, il offre des services diversifiés à ses utilisateurs avec la création d’une page d’acceuil personnalisée qui permet d’afficher ses sites préférés (Igoogle*, un logiciel de recherche sur ordinateur qui permet de gérer les fichiers de l’utilisateur d’un ordinateur (mail, photo, musique) et de faire des recherches sur son disque dur (Google Desktop Search*, une messagerie instantanée (Google talk), un agenda qui permet de partager son emploi du temps, un lecteur de flux d’information (RSS) sur Internet (Google Reader*, un logiciel gratuit de gestion et de retouche des photos numériques (Picasa*, une suite bureautique en ligne qui offre la possibilité d’écrire des documents ou des feuilles de calcul en collaboration et dont la publication en ligne est facilitée (Google Document et tableur), ou encore il offre visite du globe terrestre (Google Earth) ou un service de plan et itinéraire dans le monde entier (Google Map*.
A coté de tous ces services, Google après avoir acquis le site gratuit de partage de vidéo Youtube pour 1.6 milliard de dollars en octobre 2006 vient de racheter la régie publicitaire en ligne Doubleclick en avril de cette année pour 3,1 Milliard de dollars.
On comprend mieux la place que Google occupe aujourd’hui sur internet.

Toutefois Google sollicite des interrogations de la part des agences de protection des données personnelles et plus particulièrement du groupe de l’article 29, organisme européen indépendant composé des autorités nationales des différents pays comme la Cnil pour la France et chargé de la protection des données et leur libre circulation

En effet, en dehors du fait déjà important que dès sa connexion au site Google, un serveur nous envoie un cookie qui expire en 2038, cette société a développé de nouveau service qui enregistre sur ses serveurs des données personnelles. Par l’historique des recherches, le titulaire d’un compte Google peut accéder à l’ensemble des recherches qu’il a effectués. On a une conservation des mots clés tapés dans le service de Google. Ces mots clés sont associés à l’adresse IP de l’internaute et à la date et heure de la saisie. Le type de navigateur utilisé peut également être enregistré.

Google Desktop conserve également toutes les recherches faites par l’utilisateur sur son ordinateur et les renvoi sur ses serveurs de Google lors des connexions futures. L’Electronic Frontier Foundation déconseillait en 2006 aux internautes d’utiliser cette fonctionnalité.
Cette conservation des données personnelles concernent également des services comme Google Earth ou Gmail. On peut par exemple relever que la publicité présente sur Gmail est généralement en corrélation avec le contenu du mail que l’on a affiché.

Or pendant très longtemps, Google n’a eu aucune politique quand à la conservation de ces données de connexion. En mars dernier, la société du moteur de recherche a, elle-même, pris la décision de rendre anonymes en 2008 toutes les données conservées relative aux utilisateurs au bout de 18 à 24 mois et ce de manière rétroactive.

Le Groupe 29 a écrit une lettre à Google dans laquelle elle lui demande de détailler et de justifier le stockage d’information concernant les recherches des internautes et leur durée de rétention. Elle note que l’annonce du mois de mars est « une étape significative » réalisé par Google mais elle demande « des clarifications supplémentaires » au vu de ce délai « qu’elle estime encore trop long ».
Il ne s’agit pas encore aujourd’hui d’une enquête lancée contre Google mais d’une simple demande d’explication qui a défaut de réponse d’ici à sa prochaine réunion, à la mi-juin pourrait donner lieu à une saisine de la Cour de Justice s’il est démontré que Google viole les règles européenne de la Directive de 1995 sur la protection des données personnelles qui stipule que les données “doivent être collectées pour des finalités déterminées, explicites et légitimes”, et conservées “pendant une durée n’excédant pas celle nécessaire à la réalisation de ces finalités”.

Google justifie cette conservation des données par le souci de mieux connaître les attentes de ses utilisateurs, les améliorer et répondre à des questions de sécurité contre les fraudeurs et les pirates informatiques susceptible de détourner ses services.

Dans un communiqué Google qui se prépare à répondre à cette lettre dans les temps s’engage par la voix de son conseiller en matière de protection de la vie privée, Peter Fleischer, « à mettre en place un dialogue constructif avec les instances concernées par la question de la protection des données personnelles, y compris le groupe de l’article 29, sur la façon d’améliorer les pratiques dans ce domaine dans l’intérêt des utilisateurs de Google et de l’ensemble des internautes”.

Affaire à suivre à la mi-juin.

Source

www.google.fr
www.lemonde.fr
www.ZDnet.fr
http://www.ft.com/cms/s/dc89ec96-0a24-11dc-93ae-000b5df10621.html
http://www.eff.org/news/archives/2006_02.php#004400
www.rue89.com

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.