Google inquiète les analystes financiers à propos des réseaux sociaux

La stratégie de Google concernant la publicité sur les réseaux sociaux, notamment MySpace ne semble pas aussi convaincante que celle de Microsoft, partenaire de Facebook. Alors que la société Google vient d’annoncer un bénéfice net de 4,2 milliards de dollars, les analystes financiers sont déçus par l’activité publicitaire sur les sites de réseaux sociaux. L’intégration de liens sponsorisés sur le réseau social est un enjeu marketing fort, au vu du succès colossal de ce type de site de réseaux sociaux.

Ne soyons pas non plus alarmistes, le bilan est toutefois satisfaisant, mais en-dessous de ce que l’on pourrait attendre d’une telle firme. C’est surtout l’augmentation exponentielle du trafic sur ces sites qui coûte cher aux entreprises. Plus le trafic est fort, plus les prix d’acquisition le sont. La logique publicitaire de ce type d’accord entre Google et MySpace, par exemple, réside dans le fait que l’entreprise paie le même prix pour louer des espaces publicitaires que les internautes cliquent dessus ou non. Ce qui revient à payer un forfait minimal pour être visible sur ce réseau social.

En signant avec MySpace, alors numéro 1 des réseaux qui générait plus de 100 millions de membres, Google espérait remporter un marché extrêmement juteux.

Pourquoi Google a-t-il des difficultés, alors que son concurrent sur Facebook, Microsoft, explose les résultats ?

Tout simplement, il s’agit du mode de choix des publicités. Google a choisi d’appliquer son système AdSense à MySpace au lieu de s’adapter au type particulier de site et de public présent dans ce réseau. À l’inverse, dans Facebook, Microsoft a diversifié ces espaces publicitaires par des bannières, des blocs contextuels, etc. en fonction des pages et du contenu.

Il faut toutefois croire que les réseaux sociaux ne sont pas encore assez générateurs de recettes en relation directe avec la publicité. Si l’on projette la mort de ce type de site à deux ans, il ne reste que très peu de temps aux grosses entreprises pour faire de l’argent.. Avis aux amateurs.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.