L’affaire Guillermito…

…va-t-elle remettre en cause la recherche indépendante sur les antivirus ? A l’origine, Guillaume Tena, alias Guillermito, est un chercheur français en biologie à l’université d’Harvard.
En 2001, il a essayé de remettre en cause l’antivirus de la société Tegam, Viguard, en prouvant l’existence de failles dans ce logiciel par le biais de « faux positifs » conçus à partir du produit de Tegam.

Suite à cette défiance, Tegam assigne en justice Guillaume Tena.
Il est mis en examen en 2004 et accusé de « contrefaçon et recel de contrefaçon » de logiciel.
Le tribunal correctionnel de Paris a tenu une audience le 4 janvier 2005. Le parquet a requis une peine de quatre mois et une amende de 6000 euros et l’avocat de Guillermito demande la relaxe.

Dans cette affaire, Tegam estime qu’un « désassemblage » de leur antivirus a été réalisé ce qui permet de mettre en examen Guillermito.
De l’autre côté, le droit à la liberté d’expression est invoqué.
Trois arguments sont avancés pour la relaxe de Guillermito. D’abord, Guillermito possédait une licence Tegam afin de réaliser la démonstration. Ensuite, il a mis ses recherches en ligne mais il n’a pas diffusé de produits exploitables. Puis, on ne peut pas parler de contrefaçon du fait qu’un « faux positif » n’est ni la représentation, ni la reproduction du logiciel Viguard.

Pour améliorer la sécurité, Tegam permet à ses utilisateurs de révéler des failles de ses logiciels mais rejette tout contact avec des auteurs de virus.

La décision de la justice française sera rendue le 8 mars 2005. Craignant une confirmation de la Cour d’appel de la décision du tribunal, l’avocat de Guillermito a prévenu la Commission européenne des droits de l’Homme de l’affaire en cours.

Journaldunet.com

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.