L’Australie veut censurer l’Internet (encore !)

Alors que la nouvelle annexe, ajoutée à la législation sur les communications de 2007 (Content Services Act), qui obligera les sites internet à vérifier l’âge des utilisateurs avant qu’ils puissent accéder à un contenu destiné à un public adulte (MA15+ and R18+) et interdire complètement ceux classés X18+ et RC, n’entrera en vigueur que le 20 janvier 2008 comme nous l’indiquions justement il y a tout juste 15 jours, le ministre des Communications australien, Stephen Conroy, souhaite aller plus loin dans le filtrage et prône un filtrage généralisé.

Non content d’avoir participé l’an dernier à la modification de la loi sur les communications lorsqu’il n’était que “l’ombre”Les "ministres de l’ombre" (Shadow Minister) sont les membres de l’opposition qui marquent, "surveillent" les ministres du gouvernement afin d’exercer un contre pouvoir. du ministre des Communications et des Technologies de l’information de l’époque et donc d’avoir introduit le premier acte de censure de l’internet australien, le voilà qui remet ça de plus belle en ce début d’année !

Après sa nomination le 3 décembre 2007 au poste de ministre du haut débit, de la communication et de l’économie numérique, monsieur Conroy juge insuffisant le filtrage qui sera apporté par cette nouvelle loi et souhaite la renforcer.

Le filtrage opéré par les hébergeurs de certains contenus pornographiques c’est bien, mais celui effectué par les fournisseurs d’accès est encore mieux, semble-t-il penser. En effet, la nouvelle loi sur la censure du contenu pornographique ne s’appliquera qu’au contenu hébergé sur le sol australien, ce qui est loin d’être suffisant pour ce ministre. Pour arriver à ses fins il souhaite tout simplement obliger les fournisseurs d’accès à installer des filtres sur leurs réseaux, qui bloqueront les contenus selon certains critères comme la pornographie, la violence ou plus simplement le contenu ‘déviant’. Le contenu pornographique ne sera donc bien évidement pas le seul visé, et cette mesure, sous le couvert de la protection des enfants, va placer l’Australie au même niveau de filtrage potentiel que la Chine, la Birmanie, la Corée du Nord ou tout autre État totalitaire.

La polémique commence à enfler en Australie et des associations, dont celles de défense des libertés civiles, protestent vigoureusement contre ces méthodes qu’elles estiment inacceptables dans une démocratie et jugent que les promesses faites que ce filtrage pourra être désactivé sur demande auprès de son fournisseur d’accès sont insuffisantes. C’est en effet le gouvernement qui décidera unilatéralement quels sites doivent être bloqués et la frontière sera mince entre les contenus pornographiques, violents et ceux non conformes à l’idéologie du parti…

Rappelons que la meilleure protection pour un enfant qui accède à l’Internet reste sans aucun doute ses parents. Ils sont là pour lui indiquer ce qu’il peut faire, ce qu’il ne peut pas faire, à quoi il doit s’attendre et bien évidemment à l’informer et à le responsabiliser.

N’oublions pas non plus qu’un ordinateur pour un enfant ne se met pas dans sa chambre ou dans une pièce isolée mais dans une pièce commune, à la vue de tous, et qu’il vous faut rester à proximité quand il navigue sur internet.

Les logiciels de “contrôle parental” qui sont mis sur le marché ne sont pas là pour vous dédouaner de vos responsabilités parentales, ils ne participeront pas à l’éducation de vos enfants et n’égaleront jamais la communication que vous pourrez avoir eux. De plus, ces logiciels, bien que très efficaces, peuvent être facilement contournés, alors n’oubliez pas, la meilleure protection reste votre vigilance et l’éducation que vous donnez à vos enfants.

Source
– ABC News : Conroy announces mandatory internet filters to protect children

Ressources :
– Guide pratique pour sensibiliser les jeunes adolescents aux pratiques et aux lois de l’internet afin les protéger. Réalisé par Okapi en partenariat avec le Forum des droits sur l’internet, les ministères de la Famille et de l’Enfance, de l’Éducation nationale (Délégation aux usages de l’internet) et l’Union nationale des associations familiales.
– Protection des mineurs sur Internet. Site officiel.
Ressources pour protéger les mineurs sur internet. Une sélection de sites pédagogiques et didactiques pour guider parents et enfants dans le vaste monde de l’Internet.
– Le Forum des droits sur l’internet, pour avoir des conseils pratiques sur ce qu’il convient de faire et les lois à respecter, aussi bien pour les parents que pour les ->enfants Tests de logiciels de filtrage effectués par Action Innocence.

Nicolas Pujol

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.