L’erreur 404 brevetée par Amazon

Le 29 janvier dernier, la société Amazon a obtenu un brevet relatif à la conception d’une « page 404 » contextuelle. L’idée est de proposer des contenus associés à la recherche initiale de l’internaute afin qu’il puisse poursuivre sa navigation sur le site. Il aura donc fallu plus de quatre années au Bureau américain des brevets pour valider la demande déposée par Amazon le 5 août 2003. La librairie en ligne cherche à protéger l’idée qu’une page d’erreur fournisse des liens en relation étroite avec la requête de l’internaute. D’après le géant des biens culturels, il s’agit d’une “méthode de traitement visant à fournir à l’utilisateur un contenu réactif lorsqu’une erreur survient au chargement d’une page”.

Techniquement, il suffit d’analyser l’URL (adresse Web) entrée par l’internaute afin de déterminer les contenus qu’il cherchait et ainsi de lui transmettre un message adapté. Ce message pourra être accompagné par des liens de redirection vers une page similaire, d’une page proche sélectionnée dans l’historique du navigateur ou encore une page interactive et dynamique présentant une série de liens avec des contenus voisins.

L’erreur 404 est retournée par un serveur Web lorsque la requête amène à une page qui n’existe pas. Le navigateur affiche alors le message “404 File Not Found”. Dans certains cas, le texte peut être modifié, personnalisé ou permet de mettre du contenu comme des liens. Parfois, l’internaute est automatiquement redirigé vers la page correspondante.

Amazon n’est pas novice dans la course au brevet. Elle a déjà essayé de breveter l’achat “one click” ou encore le bon d’achat envoyé par courrier électronique. Le géant américain va donc pouvoir mettre en place un outil d’analyse déterminant les contenus pertinents à envoyer aux internautes. C’est un atout commercial indéniable pour la firme, elle va pouvoir rediriger les internautes vers ses pages afin de développer ses ventes et de ne plus laisser infructueuses les recherches des internautes.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.