La Commission européenne ouvre une nouvelle enquête sur Microsoft

Après une période d’accalmie entre Microsoft et la Commission européenne, leurs relations se tendent à nouveau. L’objet du litige est cette fois le format de données OpenXML puisque la Commission suspecte Microsoft d’avoir usé de pratiques déloyales. OpenXML est un format de stockage de données, apparu avec la suite Microsoft Office 2007, dans laquelle il est utilisécomme base pour enregistrer les documents crées.

Microsoft, qui soutient fortement son format, a déployé une énergie considérable dans sa promotion et dans le processus de normalisation. Ce n’est un secret pour personne et Microsoft à réussi par ce biais à le faire normaliser par l’ECMA très rapidement. Elle a cependant échoué dans le processus de standardisation ISO qu’elle voulait voir aboutir au plus vite, grâce à la procédure accélérée dite « fast track ».

C’est le comportement de Microsoft pendant cette période qui a incité la Commission européenne à lancer son enquête. En effet, bien que la procédure ait échoué, elle a soulevé de très nombreuses questions. Les règles n’ont pas vraiment été respectées dans tous les pays lors du vote sur la standardisation ISO et lors des réunions précédentes. Cela a d’ailleurs donné lieu à d’incroyables retournements de situations, dignes d’un film à suspense, comique ou dramatique selon les points de vues.

L’épisode le plus marquant ayant sans doute été l’annulation du vote de la Suède. Le Swedish Standards Institute (SIS), qui a indiqué avoir pris connaissance d’une corruption dans sa procédure de vote, a affirmé qu’un employé de Microsoft avait offert une compensation financière à des sociétés pour rejoindre l’institut de normalisation et voter en faveur de Microsoft et a donc invalidé le résultat de ce vote.

Ce n’est pas le seul problème qui a été recensé, il en existe bien d’autres et à la vue de nombreux défauts du format OpenXML il est légitime de se demander comment il a pu arriver jusque là et pourquoi il n’a pas déjà été rejeté. Par exemple lors du vote à l’ECMA où malgré une majorité de votants contre l’adoption de cette procédure (14 négatifs, 5 neutres/mitigés et 1 pour), la procédure fut néanmoins acceptée par le bureau du TC1 en fonction des prérogatives dévolues au président.

Toutes ces interrogations ont fait naître une polémique sur le sujet et à propos de Microsoft, qui accuse lui même IBM d’exercer des pressions sur les industriels afin de bloquer la normalisation de son format, et ont amené la Commission à ouvrir une enquête sur ces faits.

Cette enquête, selon le Wall Street Journal, ne serait que préliminaire et ne bloque en rien le processus de normalisation qui est encore en cours. Microsoft aura encore la possibilité d’intervenir et de modifier les problèmes techniques qui ont été relevés et qui ont contribué au refus de la standardisation de son format lors d’un nouveau vote prévu dans le courant du mois.

Ce second vote de l’ISO revêt donc une importance capitale aux yeux de Microsoft, puisqu’il est le seul moyen qui lui permettra d’imposer son format et d’asseoir un peu plus le monopole qu’elle détient dans les logiciels bureautiques. Sources :
– Wall Street Journal

Nicolas Pujol

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.