La taxél contre le spam ?

Ainsi, tout a commencé en encadrant légèrement le régime du spam le mois dernier, avec la mise en place d’un annuaire des gens à ne pas spammer. Cette décision pouvait paraître curieuse, quand on sait que les bases de données servant aux spammeurs sont les fichiers-clients de grandes compagnies. Une base de données contre les bases de données…

Mais avec la fin, au 1er novembre, du moratoire sur la taxation de l’Internet, un Sénateur démocrate très enclin au bien-être de ses condecitoyens a soumis l’idée géniale de taxer l’envoi de courriel. De la sorte, à défaut d’empêcher la production de courriels commerciaux non-désirés, on espère la rentabiliser…

La levée de boucliers qui a suivi cette annonce souligne les défauts de cette nouvelle législation potentielle : les spammeurs n’étant pas des gentlemen, pour reprendre l’image de Chamberlain, on peut légitimement supposer qu’ils ne s’arrêterons pas pour si peu, et si paiement il doit y avoir, il se fera par fausses cartes bancaires (Yes-Cards) ou à partir des États étrangers ne taxant pas les courriels…

Encore une fois, ce qui partait éventuellement d’une saine intention de protéger les internautes de la pollution électrionique se retrouve, au final, comme étant un bête moyen de faire rentrer encore plus d’argent dans les caisses d’un État, ponctionnant indépendamment particuliers et commerciaux…

Ah, oui, désolé, mais là, je n’ai plus les moyens de vous envoyer la newsletter mensuelle du DESS…” Aller plus loin – StarTribune.com

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.