Microsoft met en pratique ses obligations

Microsoft a signé, ce jeudi 20 décembre 2007, un accord avec une fondation à but non lucratif, basée aux Etats-unis, consacrée aux logiciels libres et open source. C’est un événement important pour la société et le monde de l’informatique puisque, de par cet acte, Microsoft se conforme enfin aux exigences de la Commission européenne qui l’avait condamnée pour pratiques anticoncurrentielles.

En effet, la Commission avait exigé de Microsoft, dès sa condamnation en mars 2004, qu’elle fournisse à ses concurrents les informations nécessaires au développement de produits interopérables avec ses logiciels clients et serveurs.

L’accord conclu par cette fondation, la Protocol Freedom Information Foundation (PFIF), a pour principal objectif d’aider le projet Samba, qui propose un logiciel libre et gratuit destiné aux entreprises et aux particuliers afin de remplacer certains produits de Microsoft.

Ce logiciel est principalement dédié aux groupes de travail et permet à ses utilisateurs de s’identifier et de se connecter aux ressources d’un réseau afin de partager des documents et des imprimantes par exemple. Malheureusement il n’avait pas accès à toutes les caractéristiques des produits serveurs de Microsoft et ne pouvait donc pas en offrir toutes les équivalences.

La Commission avait conclu en 2004 que Microsoft, de par son refus de fournir à ses concurrents les protocoles permettant à des éditeurs tiers de faire fonctionner leurs logiciels avec ceux de la firme, s’était placée dans une pratique anticoncurrentielle. Pratique qui lui a permis de s’imposer sur le marché des serveurs de façon quasi exclusive puisque ses concurrents n’étaient pas dans la mesure de fournir des logiciels satisfaisants.

Samba, qui ne fonctionne pas sur un mode commercial, est le seul logiciel qui ait réussi à maintenir une qualité satisfaisante, malgré les énormes contraintes rencontrées. Il va donc maintenant pouvoir combler les quelques lacunes qu’il lui reste et se positionner en concurrent frontal de Microsoft sur ce domaine.

Ce résultat est le fruit du jugement, confirmé par la Cour européenne de justice le 17 septembre 2007, qui avait été initié par Sun en 1998.

Microsoft se plie donc aux injonctions européennes près de 10 ans après le début de la procédure et c’est avec plaisir que les utilisateurs reçoivent cette nouvelle. Elle permettra aux éditeurs de fournir des alternatives au tout Microsoft et donc d’offrir un réel choix et un dynamisme favorable à tous.

D’autres accords sont certainement à attendre dans différents domaines tels que les services mails, la messagerie instantanée, les suites bureautiques et l’ensemble des services destinés aux professionnels.

L’année prochaine risque donc d’être riche en nouveautés, à condition que la documentation fournie par Microsoft soit de qualité et régulièrement mise à jour, ce qui se fera largement entendre par ses détracteurs si cela ne devait pas être le cas…

Sources :
– The Protocol Freedom Information Foundation (PFIF) agreement|Détails de ->l’accord Récapitulatif du procès sur linuxfr->linuxfr.org
– Chronologie des évènements

Nicolas Pujol

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.